Culture de la vigne

Les croyances sont tenaces en agriculture. 20141206_151629Au sortir des dernières guerres mondiales, le leitmotiv était qu’il fallait que les paysans produisent un maximum pour nourrir les populations. Ceci en rationalisant les méthodes culturales, et donc en se spécialisant. La vigne n’a pas échappé à ce phénomène. Le terme d’exploitant agricole est aussi apparu, terme plus élogieux que paysan aux yeux de beaucoup. Mais le produire plus à n’importe quel coût humain, environnemental et gustatif démontre ses limites.

L’action de l’homme est nécessaire mais chacune doit être réfléchie. Si je ne fais rien, çà ne marche pas, de même que si j’en fais trop.

20141206_154601La vigne de part sa nature de liane à besoin d’un tuteur sur lequel s’accrocher. Le tuteur facilite la récolte, permet à la vigne de mieux capter le soleil, d’éliminer rapidement l’humidité excessive. Mais ce n’est pas le tuteur qui décide des conditions météo, de la pression des maladies, de la vitalité du sol ou des pieds de vigne. Le tuteur ne fait pas la qualité d’un millésime, mais il agit à son niveau modeste, mais au combien indispensable, pour donner toutes les chances à la vigne de nous donner son meilleur.

Je me sens être ce tuteur, le reste ne dépend pas de moi.